Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 12:16

Toutes ces colères n'avaient pas le même ton : les grèves ouvrières étaient rouges, les manifestations paysannes ou commerçantes applaudissaient plutôt à droite. Car il y avait déjà deux façons de dire les choses, deux voix, deux tons, deux camps. Tout le monde était mécontent, mais pas de la même manière, pas contre les mêmes. Il y avait les rouges et les bleus. Certes, ils ne se rangeaient pas sous deux uniformes, unis sous deux commandements, tels les deux camps arbitraires baptisés bleus et rouges pendant les grandes manœuvres. On se déchirait chez les rouges, entre communistes et socialistes. On ne s'aimait guère chez les bleus. Toutefois, entre les deux, le fossé était assez profond et, de part et d'autre, il y avait assez de buts et de mots communs pour que deux passants puissent, en s'abordant, comprendre à leurs premières phrases si la discussion était possible.
Les uns s'adressaient au peuple, les autres à la France, il s'agissait pourtant du peuple de France: dans leurs bouches les deux mots s'opposaient. Tous promettaient la paix et le bonheur mais les uns parlaient de justice et d'égalité, les autres d'ordre et de discipline.
Tous disaient : regardez donc ce qui se passe à l'étranger. Tous se tournaient d'abord vers la Russie : les uns montraient un paradis, les autres l'enfer.
Les premiers appelaient le peuple à défendre la République et la Liberté, ils sonnaient l'alarme au fascisme. Les seconds répondaient que l'Allemagne avait été le pays le plus touché par la guerre et la crise, que sa production était descendue au niveau de 1897, que ses chômeurs étaient légion jusqu'à l'arrivée d'Hitler qui avait, en un an, remis de l'ordre et relevé l'économie ; depuis on n'entendait plus la voisine crier sa détresse. Ils ajoutaient que Mussolini dirigeait depuis douze années son pays, sans crises gouvernementales, sans scandales, que l'Italie n'était pas morte du fascisme, au contraire.
Tout le mal venait, disaient les uns, du système capitaliste et des deux cents familles ; pour les autres, il venait de la démocratie et des parlementaires.
Les uns et les autres criaient : « À bas les voleurs ! » avec la même sincérité, car les uns se sentaient volés par leurs patrons, tandis que les autres se sentaient volés par leurs élus.
Le premier cri des foules qui se lèvent, c'est toujours « Au voleur ! »

« La crise mondiale dure depuis huit ans. Ils diront ce qu'ils voudront, ça ne s'arrange pas, au contraire, plus ça va, plus ça va mal. Et le chômage?
Trop de tout ! trop de bétail ! trop de lait ! trop de pain ! Le gouvernement offre des primes aux paysans pour qu'ils dénaturent leur froment et qu'ils le donnent à manger aux cochons! On jette le lait par hectolitres, mais les gosses de chômeurs, eux ...
Près de 500 000 chômeurs, des millions de Français dans la gêne ou la misère, tandis que les 200 familles se gorgent des fruits de notre travail...
... On entend dire que le fascisme nous sauverait, on voit ce que ça donne en Allemagne, en Italie, au Japon… »


Jean-Pierre Chabrol, dans La Gueuse
Il y relate les événements du… 6 février 1934…

 

— Alors, comme ça, à ce qu'il paraît, dimanche, il va se passer quelque chose, hein ?
— Vous voulez que je vous le dise, moi, ce qui va se passer, dimanche?
— Dimanche, on vote.
— C'est pas rien, ça, de voter! reprend-il d'une voix lugubre. Nos aïeux se sont battus pour ! Ils sont morts, assassinés par les rois! ils sont tombés là ! leur beau sang a coulé sur la place...
Une minute de silence, ou presque: Clerguemort fixe ses cadavres héroïques, un point dans le vide au-dessus des têtes, puis sursaute car l'orateur braille ex abrupto :
— Et y aurait des enfants de salauds pour pas aller voter? Noum dé diou !

Jean-Pierre Chabrol, dans L’Embellie
Il y relate les élections des 26 avril et 3 mai 1936

 

Repost 0
Published by CR - dans actualité
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 01:00

Trois ans déjà... Papa, tu me manques...

 

2007-12 jean rousseau 001

 

2006-12 jean rousseau001

 

2004-08 jean rousseau 003

Repost 0
Published by CR - dans actualité
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 19:13

La vie est un équilibre. On tend à l'oublier alors qu'on vit, insouciant, chaque jour après l'autre. On mange, on boit, on dort et on croit qu'on se réveillera toujours le lendemain, qu'on sortira toujours revigoré d'un bon repas et de quelques heures de repos. Les plaies ne peuvent que guérir, la douleur s'estomper avec le temps, et, même quand les blessures cicatrisent moins vite, quand la douleur s'atténue le jour pour revenir dans toute son intensité la nuit, quand le sommeil n'est plus réparateur, on croit encore que, le lendemain, tout aura repris son équilibre et qu'on pourra continuer à vivre comme d'habitude. Mais, à un certain moment, le délicat équilibre s'est rompu, et, on peut bien faire tous les efforts du monde, on entame la lente chute, la transformation de l'organisme qui s'entretient seul en celui qui lutte bec et ongles pour demeurer ce qu'il était naguère.

 

 

(Extrait de La Citadelle des ombres – La secte maudite, de Robin Hobb)

Repost 0
2 février 2014 7 02 /02 /février /2014 15:07

Nous vivons vraiment dans une société redevenue pudibonde et hypocrite…

Hier, samedi 1er févier 2014, j’ai regardé une émission que j’aime bien sur M6, Un Trésor dans votre maison.
Des gens font évaluer par un spécialiste des objets qu’ils comptent vendre, puis ces objets sont mis en vente aux enchères.
Hier donc, un collectionneur de bandes dessinées mettait sa collection en vente. Albums, mais aussi planches originales, dessins, etc.
Un certain dessin de grande valeur montrait une femme à moitié dénudée. Eh bien, croyez-moi ou non, les seins et le bout de haut de fesses de la dame dessinée étaient floutés !

Déjà, je m’insurge. Bande d’hypocrites, plus d’autres noms d’oiseaux, société rétrograde, mais où va-t-on.

Cette émission, précisons-le, est diffusée en fin d’après-midi du samedi, une heure de grande écoute donc, et tout public. Floutons les seins…

À la fin de l’émission, page de publicité. Et que vois-je ?

Cette publicité, campagne nationale
contre l’éjaculation précoce !

Là j’ai hurlé de rire, trop d’hypocrisie et d’incohérence, c’est trop !

J’imagine le môme. Pendant l’émission : « Maman, pourquoi la dame du dessin elle est toute floue ? »

Une demi-heure plus tard : « Papa, c’est quoi, la jaculation pricox ? »

En 2014, la comédie musicale Hair serait censurée !

Civilisation décadente…

Repost 0
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:40
Les circonstances familiales nous ont amené.e.s à faire Noël en petit comité à la maison.
Le dernier Noël ici datant d’il y a 20 ans…

Petit comité, à savoir Victor, mes trois filles et moi.
Le souci étant le manque de place, Victor et Garance ont trouvé des solutions drastiques (au sujet desquelles j’étais au départ dubitative, la suite a prouvé qu’il.elle avaient raison).
Hop, le canapé déménagé dans un coin de notre chambre, on met des tables à la place, on pousse le reste, et voilà !
L’après-midi, entre filles,
nous avons investi la cuisine
et tout préparé.
Pendant ce temps, Victor travaillait.
2013-12-24 noel 001

2013-12-24 noel 002

 

2013-12-24 noel 005

 

2013-12-24 noel 003

 

2013-12-24 noel 006

2013-12-24 noel 008 2013-12-24 noel 009
Diam’s ayant compris, la mort dans l’âme, que ces préparatifs délicieux ne lui étaient pas destinés, s’est rabattue sur ses croquettes…
2013-12-24 noel 004 2013-12-24 noel 007
Il y a bien des années que la maison n’avait pas eu son sapin de Noël,
pour là aussi cause de place manquante.
Garance et Audrey s’y sont données à cœur joie.
2013-12-24 noel 010

2013-12-24 noel 011

2013-12-24 noel 012 2013-12-24 noel 013
2013-12-24 noel 014 2013-12-24 noel 015
2013-12-24 noel 016 2013-12-24 noel 017
2013-12-24 noel 018 2013-12-24 noel 019
2013-12-24 noel 020 2013-12-24 noel 025
2013-12-24 noel 026 Nous avions fait pour l’apéritif
des muffins au jambon,
des chaussons poireau-saumon,
de jolies crudités et leurs petites sauces. Garance nous a concocté un cocktail
à base de vodka et de bonbons Schtroumpfs… spécial…
2013-12-24 noel 027
2013-12-24 noel 028 2013-12-24 noel 029

On s’est échangé les cadeaux.

 

 

Audrey m’a offert un Zippo
avec les Beatles !

2013-12-24 noel 030 2013-12-24 noel 031
Laureline a offert à Victor La Bible selon le chat.
2013-12-24 noel 032 2013-12-24 noel 033
2013-12-24 noel 034 2013-12-24 noel 035
Garance a reçu de la part d’Audrey Guide de survie en milieu sexiste
et une jolie déco pour sa chambre. 
2013-12-24 noel 036 2013-12-24 noel 037

 


 

2013-12-24 noel 038
2013-12-24 noel 039 2013-12-24 noel 040
Et un savon artisanal à la coupe pour Audrey par Garance.

2013-12-24 noel 041

 

 


 

 

2013-12-24 noel 042
2013-12-24 noel 043 2013-12-24 noel 044
2013-12-24 noel 046 2013-12-24 noel 047
Et de la part de Laureline, La Vie d’Adèle.
2013-12-24 noel 048 2013-12-24 noel 050
2013-12-24 noel 050 2013-12-24 noel 051
2013-12-24 noel 052 2013-12-24 noel 053

Audrey a offert à Laureline
un porte-bijoux en métal cuivré.

 

 

2013-12-24 noel 054

2013-12-24 noel 055
2013-12-24 noel 056 Mes trois filles ont reçu
une pochette
de la Française des jeux.
Ont gagné un peu de sous!

Garance m’a offert La Femme parfaite est une connasse !
2013-12-24 noel 057 2013-12-24 noel 058
Laureline a reçu de Garance
L’Agenda merveilleux 2014.

2013-12-24 noel 059
2013-12-24 noel 060 2013-12-24 noel 061
2013-12-24 noel 062 … et m’a offert mes rituels marrons glacés ! miam!
Laureline a craqué sur le titre
et m’a offert
L’extraordinaire voyage du fakir
qui était resté coincé
dans une armoire IKEA.
2013-12-24 noel 063

Garance a trouvé pour son père un doux tee shirt pouvant s’adapter au joli pull qu’elle lui avait offert à son anniversaire et qu’il porte ici.

2013-12-24 noel 064 2013-12-24 noel 065
2013-12-24 noel 067
2013-12-24 noel 066
2013-12-24 noel 068 2013-12-24 noel 069
2013-12-24 noel 070 2013-12-24 noel 071
2013-12-24 noel 072

Laureline est tombée en arrêt
sur un coffret de recettes
à base de bonbons, digne de Garance,
la grande pâtissière !

 

 

 

Garance a craqué pour des objets symboliques en chocolat.
Téléphone pour Laureline.
2013-12-24 noel 073 2013-12-24 noel 074
Outils pour Victor. 2013-12-24 noel 075
2013-12-24 noel 076 Trousse de toilette pour moi.
Pendant que nous dégustions
les petits sablés de ma confection
décorés par Garance et Laureline, ...

2013-12-24 noel 079
... nous avons joué à Cranium,
acquis pour la circonstance
en tant que cadeau commun.
Entre les mimes (sans oublier l’épreuve de la marionnette, où on doit, en le manipulant pour lui faire faire des gestes, faire deviner une expression à son partenaire), les dessins, les sculptures, rigolade assurée jusqu’à 4 heures du mat’.

À mon corps défendant,
moi qui danse comme une courge,
j’ai dû mimer pour faire deviner à Audrey « la danse du ventre »….
Elle n’a jamais deviné !

Comme le ridicule ne tue pas,
je ne mourrai pas à publier ici
cette prestation historique.
Enfin, la plus heureuse de la soirée,
au final,
c’était Diam’s !
2013-12-24 noel 081
2013-12-24 noel 082 2013-12-24 noel 083
2013-12-24 noel 084 2013-12-24 noel 085
2013-12-24 noel 086 En fait non, c'était nous...
ce fut un très chouette petit Noël
entre nous!
Repost 0
Published by CR - dans actualité
commenter cet article
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 11:13

J’ai la haine.

Laureline souffre d’une malformation de la rotule. À l’âge de 16 ans, elle a dû subir une très grosse opération pour remettre sa rotule d’aplomb. Dix ans plus tard, tout a lâché, car le chirurgien de l’époque n’avait pas osé couper un tendon et aurait dû le faire. Résultat, la rotule est revenue à sa place initiale, à savoir 15 mm hors de l’axe; la fine lamelle d’os du tibia qui soutient la rotule, qui avait été coupée, replacée et vissée face à la nouvelle position de la rotule, se trouve depuis 7 ans en friction avec la rotule. 

 

Arthrose.
 

Statut de handicapée à 79 %.
 

Impossible de marcher longtemps, sauf en fauteuil roulant.


Il y a 3 mois, épanchement de synovie.
Là, quasi impossibilité de marcher. Fauteuil en permanence.
Douleur, douleur, douleur. Antalgique à base de morphine, de moins en moins efficace…
Autre chirurgien, qui doit réopérer, et demande des examens. Dont un arthroscanner.

Rendez-vous à la clinique Pasteur d’Évreux, la seule qui proposait une date convenable.
Ils ont prévu de faire d’abord une radio pour faire l’injection, et ensuite, le scanner.
Laureline est entrée dans le local en fauteuil bien sûr.

 

Sylvain, Garance et moi attendions.
À un moment, j’ai entendu Laureline parler assez fort. Je dis que je me demandais si, une fois de plus, on ne l’écoutait pas et on ne prenait pas en compte ce qu’elle disait. Sylvain et Garance n’en semblaient pas convaincus…
Puis je l’ai entendue hurler, pleurer. J’étais devant la porte, complètement malade. Garance se met à carrément m’engueuler, arguant que les toubibs savaient ce qu’ils faisaient. Je lui ai répondu: «Tu verras quand tu seras mère, et qu’on fait du mal à ton enfant, même s’il a 33 ans!»
 

Franchement, dès le deuxième hurlement, si j’avais été seule, je serais entrée en trombe dans le cabinet d’examen.
Elle est ressortie dans un état épouvantable. Souffrant, d’après ses dires, autant qu’après l’opération qu’elle avait subie à l’âge de 16 ans. Et pourtant, je peux assurer qu’elle n’est pas douillette du tout, et que peu de gens pourraient endurer ce qu’elle endure depuis des années.
 

 

Elle nous a raconté ce qu’il s’était passé.
Tout d’abord, pas d’anesthésie locale. Ensuite, leur technique était la suivante : on pique d’abord, si possible sous la rotule, ensuite on fait une radio pour voir si on avait bien visé, raté, on recommence.
 

Serment d’Hypocrate


Primun non nocere = Premièrement, être utile, ou au moins ne pas nuire (traduction du texte originel).


«Nouveau serment des médecins», utilisé notamment au Canada depuis 1982:
«JE JURE de toujours avoir le courage de douter de moi-même et de ne jamais prendre, pour mes patients, le risque d'une erreur qui pourrait mettre leur santé en péril»
«JE JURE de toujours me souvenir qu'un patient n'est pas seulement un cas pathologique, mais aussi un être humain qui souffre.»

Serment de l'Ordre français des médecins de 1996:
«Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté.»
«Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.»

Quatre fois ! quatre fois ils l’ont torturée, certes en s’excusant poliment, alors que dès le départ Laureline a dit au toubib : «Ma rotule est là.
— Mais non, ce n’est pas possible!»
Aucune vérification sur le cliché du précédent scanner, où on voyait pourtant que la rotule est 2 cm à l’ouest !
Elle connaît son corps tout de même ! Elle sait où elle est, sa nom de Dieu de rotule qui la fait souffrir ! Non, pour le toubib, il ne trouvait pas à cause de la surcharge pondérale de ma fille… crétin sadique…
Elle a supplié qu’ils fassent entrer Sylvain, qui est infirmier, et qui saura leur dire où elle est, cette rotule. Refus débile.

Et ce connard a piqué dans la rotule! C'est là que j'avais entendu le cri!

Ça saignait tant qu’ils ont dû mettre un pansement…
Topo : le produit n’a pu être injecté où il aurait dû, et toute cette souffrance a été inutile.

Ensuite, au scanner. Là, effectivement, pas moyen sans l’injection de voir les ligaments et tendons, mais ce toubib lui a dit que si l’autre n’avait pas trouvé, ce n’était pas du tout à cause de son poids mais effectivement à cause du fait que la rotule n’était pas à sa place. Et elle s’est encore déplacée par rapport à il y a
7 ans… et que c’est cette nouvelle
déviation qui doit être à l’origine de l’épanchement de synovie. 

 

Sylvain avait négocié avec ce toubib-là qu’elle aille ensuite aux urgences se faire faire une injection d’antalgique… eh bien, au final, le toubib nous a annoncé, un peu gêné, qu’aux urgences on lui avait répondu qu’il ne s’agissait pas d’une urgence pour eux…

En repartant, je voulais repasser à la radio pour dire au tortionnaire ce que je pensais de ses méthodes, mais Laureline a refusé, elle était exténuée.

À sa place, je porterais plainte. Mais elle a tellement d’autres soucis en tête… 

Repost 0
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 14:02

(Je retrouve des choses dans mon ordi! Allez hop, je vous livre celle-ci.)

 

Avant on avait les nobles.
Aujourd’hui, on a les Énarques.
Ou assimilés.
On ne va pas chipoter.

Je m’explique.
Tous nos grands fonctionnaires, là. Ceusses qui veulent notre bonheur à force d’études coûteuses pour se rendre compte, oh, de bagatelles…
Juste pour exemple :
-    Ils réalisent (après moult études, à chaque fois c’est pareil) qu’il existe des gens qui fuient les grandes villes et leur banlieue pour s’installer en campagne ; qui ne regrettent pas la demi-heure supplémentaire pour aller au travail. Ils la regrettent d’autant moins que, de toutes manières, dans leur banlieue, c’était le zachélème ou rien, vu le prix du terrain. Zont trouvé un nom, ces génies : les rurbains. RURBAINS. Ruhurbeins. RUREBINS. Ces gens-là ont le sens de l’élégance de vocabulaire.
-    Ils décrètent (surtout les « écologistes » : ceux-là, à l’étiquette vert printemps, engouffrés là car il y avait une chance de se hisser plus haut au pouvoir. Ceux-là même qui font du vélo à Paris pour bien s’inhaler du CO2, pas foutus de différencier une trompette de la mort d’une morille, pas foutus de mettre leurs épluchures de patates dans le compost au fond du jardin [épluchent-ils leurs légumes, même ?], ceux-là qui louent [du verbe « louer » = « faire des louanges »] les voiturettes électriques, ignorant, bœufs qu’ils sont, que l’électricité n’est pas une énergie « propre » [c’est propre une centrale nucléaire ?] [à propos de bœuf, savent-ils la différence avec le taureau ?), ils décrètent donc qu’on va augmenter le prix de l’essence et du gazoil, comme ça on sera bien obligés de prendre les transports en commun. Et le pauvre péquenaud importé (cf le gonzier du dessus qui a échappé à des loyers impossibles), lassé d’attendre le bus qui l’emmènerait au travail, faire ses courses, ses enfants au cours de judo, de foot, ou de danse, vla qu’il paie, qu’il paie encore plus, parce que, figurez-vous, de bus, il n’y a point. Et, once again, il paie pour le parking où il laisse sa voiture quand il a trouvé –enfin!– un train qui l’emmène travailler à la ville.
-    Ils réalisent depuis peu qu’il existe des gens qui ne sont pas considérés comme chômeurs, et pour cause, on les a virés des listes pour mille raisons, qui ne touchent pas le RMI car leur conjoint a le malheur de toucher une petite paie, ce veinard de smicard tout de même ! … et que ces braves gens-là, ça se trouve, n’ont pas de quoi faire bouffer leurs gosses, mais pas assez miséreux pour que les mannes diverses des aides à tout ce qu’on veut leur rendent la vie gratuite. Ah ! on va s’intéresser à la «fracture sociale » ! Mais c’est plus une fracture, mon pauvre gars, c’est un gouffre, un cauchemar, un argument de suicide !

Bref, ces élucubrateurs de lois, que je qualifierais volontiers de branleurs de bulbe rachidien, si tant est qu’il fonctionne normalement chez eux, me font singulièrement penser à Marie-Antoinette. Feue la veuve de feu Louis XVI. Souvenez-vous : quand on lui a dit que le peuple manquait de pain, elle s’est exclamée, quelle naïve tout de même : « Mais pourquoi ne mangent-ils pas des brioches ? »

Ben on en est là, mes amis.
Demain, les Énarques et consorts vont nous faire à grands frais une étude marketing, plus une campagne publicitaire, sur les bienfaits de la brioche, faute de pain.
De toutes manières, les gonziers non érémistes mais sans un ne payant pas d’impôts, c’est pas eux qui paient ces conneries, hein?
Nous vla partis sur une maousse campagne de promotion : « Mangez de la brioche ! »
… Pas pire que « Prenez le bus », non ?


Catherine Rousseau le 01/07/2004

Repost 0
1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 21:10
On se croit dans un pays civilisé.
Évolué.
On a fait la Révolution, merde ! Et plusieurs encore !

LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ

Qu’y disaient.

Depuis plus d’un siècle, elles vont à l’école, les filles. Si, si.


Il y a quelques décennies, il y a même une loi qui a permis aux femmes mariées d’ouvrir un compte en banque sans l’autorisation de leur mari ! Si, si ! Dans les années soixante, que c’était, ça faisait juste un peu plus de dix ans qu’elles votaient, les femmes.

Après, la science d’abord, les lois ensuite, leur ont permis de baiser sans être mères dans la foulée si elles ne voulaient pas, ça c’était pas mal.

Puis il y a même eu des lois imposant « à travail égal, salaire égal ». OK, sur le terrain, c’est toujours pas ça. Mais elles ont le droit maintenant de faire des études de maçonne ou de jardinière. Elles ne trouveront pas de boulot, mais bon…

Alors moi, y a un truc qui me gonfle sévère depuis des décennies.

C’est qu’avant Noël et avant la Fête des Mères, il y a partout, presse écrite, radio, télévision, prospectus, des pubs pour des objets censés être féminins et censés être des cadeaux. Je nomme en vrac : centrales vapeur, lave-vaisselle, autocuiseurs-qui-clipsent-automatique, cuit-vapeur, à vous de continuer la liste… et elle est longue.
Effectivement, il y a aussi des publicités pour les parfums : avec de superbes nanas qui roucoulent et vous montrent leurs cuisses, à tout parier le mec qui offre ça à sa bonne femme, mère de sa nombreuse progéniture, c’est pour fantasmer sur la nana de la pub en question quand il coïtera avec la sienne, faute de mieux…

femme-
Vous allez me dire : « Ben y a des femmes qui offrent des perceuses à leur bonhomme».
Et elles sont où, les pubs pour les perceuses ? On ne voit, destinées aux hommes, que des pubs pour des parfums ou des montres ! Parce que le mec, ça se trouve, il ferait la gueule, si madame lui offrait une perceuse, histoire qu’il n’ait plus d’excuses à ne pas accrocher l’étagère-dans-la-chambre-du-petit-qui-attend-depuis-trois-ans.

Et il faut –malheureusement– l’avouer, la publicité n’est jamais que le reflet d’une société.

Parce que les hommes, ils en offrent, à leur femme, des casseroles ! Avec le ruban autour et tout et tout ! Contents même de leur trouvaille ! J’en ai même vu un, cité ici, offrir en grande cérémonie un lave-vaisselle à sa femme pour son anniversaire ! Et elle était contente!

Au XXIe siècle !

Mais nom d’une pipe, si dans le foyer il y a besoin de nouvelles casseroles, d’une cocotte-minute, d’un fer à repasser, d’un lave-vaisselle, OK, ce sont des objets bien pratiques, mais on les achète parce qu’il y en a besoin, même si c’est le 20 décembre parce qu’on a eu une prime, ou à n’importe quel moment de l’année !



En cadeau !!!!!

Et personne ne réagit !!!

Mais c’est monstrueux !!!


Des mecs, j’en ai eu dans ma vie, jamais un n’aura osé me faire ce coup-là.
Pourquoi ?
Parce qu’il se serait ramassé la casserole dans la gueule ! Et que je me serais tirée vite fait!
Et si aucun ne l’a fait, c’est qu’ils savaient très bien que j’aurais réagi comme ça.

Alors si d’aucuns le font, c’est qu’ils savent que leur femme ne réagira pas comme ça. À tel point qu’ils le font en toute innocence, ne voient même pas où est l’aberration.

Alors, les femmes, réagissez, merde !
Pour une fois dans votre vie, ayez le bon réflexe : balancez-lui l’objet électroménager (si c’est un lave-vaisselle, ça ne va pas être facile, mais au moins, mimez l’action ! par contre pour le fer à repasser, ça peut être jouissif) à la tronche et barrez-vous !

Comment voulez-vous que vos filles, sinon vous, puissent un jour se prétendre des femmes libres ?

Comment voulez-vous que le législateur ne soit pas tenté, par les temps qui courent, de renvoyer la femme dans ses foyers pour laisser plus de travail aux hommes, avec un tel comportement de ladite femme ?

Et puisqu’elle sera confinée entre ses casseroles et sa table à repasser, qu’elle sera dépendante du bon-vouloir et du salaire de l’Homme, il lui faudra bientôt l’autorisation de ce dernier pour ouvrir un compte en banque ?

Ce jour-là, plus personne ne sera choqué si, avant Noël ou la Fête des Mères, à la télévision on voit une publicité pour une superbe burka en soie…
Dernière minute, si je puis dire: j'ai entendu hier à la radio une publicité des magasins Boulanger. À l'occasion de la fête des Mères, cette chaîne de magasins, offrant notamment moult engins électroménagers, communique sur l'opportunité d'offrir un appareil photo numérique!
Le plaisir que j'ai eu à entendre cette pub!
Allez acheter chez Boulanger, dont les services de communication ont compris bien plus de choses que ceux des différentes marques et leurs appareils cités plus haut!
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Coups de gueule
commenter cet article
28 mars 2012 3 28 /03 /mars /2012 20:21

Moi, je me la mets en boucle...

 

La version grand orchestre est assez planante aussi:
Voici les paroles:

 

So close no matter how far
Couldn't be much more from the heart
Forever trusting who we are
And nothing else matters

Never opened myself this way
Life is ours, we live it our way
All these words I don't just say
And nothing else matters

Trust I seek and I find in you
Every day for us something new
Open mind for a different view
And nothing else matters

Never cared for what they do
Never cared for what they know
But I know

So close no matter how far
Couldn't be much more from the heart
Forever trusting who we are
And nothing else matters

Never cared for what they do
Never cared for what they know
But I know

Never opened myself this way
Life is ours, we live it our way
All these words I don't just say
And nothing else matters

Trust I seek and I find in you
Every day for us something new
Open mind for a different view
And nothing else matters

Never cared for what they say
Never cared for games they play
Never cared for what they do
Never cared for what they know
But I know

So close no matter how far
Couldn't be much more from the heart
Forever trusting who we are
And nothing else matters

 

Et je me suis prise au jeu de la traduire:

 

Si près, peu importe la distance
Ça ne pourrait pas être plus loin du cœur
Nous demandant qui nous sommes à tout jamais
Et rien d’autre n’importe

Je ne me suis jamais ouvert de cette manière
La vie est la nôtre, nous la vivons de notre manière
Tous ces mots que simplement je ne dis pas
Et rien d’autre n’importe

J’essaie de chercher et je t’ai trouvée
Chaque jour nous offre quelque chose de nouveau
Ouverture d’esprit pour une vue différente
Et rien d’autre n’importe

Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils font
Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils savent
Mais je sais

Si près, peu importe la distance
Ça ne pourrait pas être plus loin du cœur
Nous demandant qui nous sommes à tout jamais
Et rien d’autre n’importe

Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils font
Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils savent
Mais je sais

Je ne me suis jamais ouvert de cette manière
La vie est la nôtre, nous la vivons de notre manière
Tous ces mots que simplement je ne dis pas
Et rien d’autre n’importe

J’essaie de chercher et je t’ai trouvée
Chaque jour nous offre quelque chose de nouveau
Ouverture d’esprit pour une vue différente
Et rien d’autre n’importe

Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils disent
Je ne me suis jamais soucié des jeux qu’ils jouent
Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils font
Je ne me suis jamais soucié de ce qu’ils savent
Mais je sais

Si près, peu importe la distance
Ça ne pourrait pas être plus loin du cœur
Nous demandant qui nous sommes à tout jamais
Et rien d’autre n’importe

Repost 0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 22:40

Dictionnaire de poche de la langue française
1833

P. Pourrat Frères - Éditeurs - Paris

Dictionnaire de poche de la langue française1  Dictionnaire de poche de la langue française2

AVERTISSEMENT DES ÉDITEURS

La connaissance de la langue, premier but de l’éducation, est néanmoins le mérite le plus rare. La société abonde en esprits fins, en causeurs faciles et spirituels; mais on y compte les hommes qui s’énoncent correctement, qui sont familiers avec le mot propre, qui ne sacrifient point la grammaire à l’éclat d’un brillant solécisme. Cette irrégularité du langage est communément le fruit de l’ignorance; car, si quelques hommes singuliers dédaignent la correction, le plus grand nombre s’en écarte parce qu’il ne l’a point apprise. Combien d’écrivains n’ont jamais ouvert les éléments de la grammaire !

 

Dictionnaire de poche de la langue française3

 

Dictionnaire de poche de la langue française4

Repost 0