Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2009 2 22 /09 /septembre /2009 22:55
En l’an scolaire 1970/1971, j’étais en 1ère, on encourageait les élèves à dire un poème de leur choix.
Le dire, le déclamer, le vivre.

Encore un que je connais toujours par cœur.

Recherchant nonobstant le texte sur internet, pour voir si ma mémoire était fidèle, j’ai lu des versions écourtées ( !), et d’autres avec comme dernière phrase « Il avait juste eu le temps de vivre. »
Merde alors ! Et le rythme des vers, ça ne les a pas choqués, ces gougnafiers, de coller un pied de plus au dernier vers, pour un mot totalement inutile de surcroît, qui prouve que l’auteur de ce méfait n’a rien compris au texte.

Quand je l’avais déclamé, toute la classe retenait son souffle. Mon ton, sur les vers ici en vert, était enjoué, rempli de bonheur (mais que viendrait faire ce « juste » ici, grands Dieux ?). Sur les vers en noir, le ton était neutre, les mots hachés, sauf pour les « Pourvu qu'ils me laissent le temps », un ton inquiet ou interrogatif. Le prof m’avait mis 20/20.

Le Temps de vivre


Il a dévalé la colline
Ses pas faisaient rouler des pierres

Là-haut entre les quatre murs
La sirène chantait sans joie


Il respirait l'odeur des arbres
Il respirait de tout son corps
La lumière l'accompagnait
Et lui faisait danser son ombre


Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il sautait à travers les herbes
Il a cueilli deux feuilles jaunes
Gorgées de sève et de soleil


Les canons d'acier bleu crachaient
De courtes flammes de feu sec
Pourvu qu'ils me laissent le temps

Il est arrivé près de l'eau

Il a plongé son visage
Il riait de joie. Il a bu

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Il s'est relevé pour sauter

Pourvu qu'ils me laissent le temps
Une abeille de cuivre chaud
L'a foudroyé sur l'autre rive
Le sang et l'eau se sont mêlés


Il avait eu le temps de voir
Le temps de boire à ce ruisseau
Le temps de porter à sa bouche
Deux feuilles gorgées de soleil

Le temps de rire aux assassins
Le temps d'atteindre l'autre rive
Le temps de courir vers la femme
Il avait eu le temps de vivre


Boris Vian

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Albert 24/10/2009 22:28


Ce beau poème plein de vie, va bien avec ton pseudo. J' aime bien ton blog.
Albert


oiseau-lyre 25/10/2009 12:57


Merci Albert!


Helliot- 24/10/2009 22:15


C'est rare de nos jours de voir et de lire quelqu'un comme toi. C'est beau continue.
Je suis heureux de passer après Chtinoeil qui est adorable.


CR 25/10/2009 12:57


Chtinoeil est une perle!
Je suis rare, je sais, je sais...
Et encore, il n'y a ici qu'une infime partie de mes écrits, faute de temps...


chtinoeil 16/10/2009 09:54


il avait eu le temps ... et si nous le prenions, nous aussi, ce temps de vivre, de rire, de croire ...
je t'embrasse et à bientôt