Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 11:13

J’ai la haine.

Laureline souffre d’une malformation de la rotule. À l’âge de 16 ans, elle a dû subir une très grosse opération pour remettre sa rotule d’aplomb. Dix ans plus tard, tout a lâché, car le chirurgien de l’époque n’avait pas osé couper un tendon et aurait dû le faire. Résultat, la rotule est revenue à sa place initiale, à savoir 15 mm hors de l’axe; la fine lamelle d’os du tibia qui soutient la rotule, qui avait été coupée, replacée et vissée face à la nouvelle position de la rotule, se trouve depuis 7 ans en friction avec la rotule. 

 

Arthrose.
 

Statut de handicapée à 79 %.
 

Impossible de marcher longtemps, sauf en fauteuil roulant.


Il y a 3 mois, épanchement de synovie.
Là, quasi impossibilité de marcher. Fauteuil en permanence.
Douleur, douleur, douleur. Antalgique à base de morphine, de moins en moins efficace…
Autre chirurgien, qui doit réopérer, et demande des examens. Dont un arthroscanner.

Rendez-vous à la clinique Pasteur d’Évreux, la seule qui proposait une date convenable.
Ils ont prévu de faire d’abord une radio pour faire l’injection, et ensuite, le scanner.
Laureline est entrée dans le local en fauteuil bien sûr.

 

Sylvain, Garance et moi attendions.
À un moment, j’ai entendu Laureline parler assez fort. Je dis que je me demandais si, une fois de plus, on ne l’écoutait pas et on ne prenait pas en compte ce qu’elle disait. Sylvain et Garance n’en semblaient pas convaincus…
Puis je l’ai entendue hurler, pleurer. J’étais devant la porte, complètement malade. Garance se met à carrément m’engueuler, arguant que les toubibs savaient ce qu’ils faisaient. Je lui ai répondu: «Tu verras quand tu seras mère, et qu’on fait du mal à ton enfant, même s’il a 33 ans!»
 

Franchement, dès le deuxième hurlement, si j’avais été seule, je serais entrée en trombe dans le cabinet d’examen.
Elle est ressortie dans un état épouvantable. Souffrant, d’après ses dires, autant qu’après l’opération qu’elle avait subie à l’âge de 16 ans. Et pourtant, je peux assurer qu’elle n’est pas douillette du tout, et que peu de gens pourraient endurer ce qu’elle endure depuis des années.
 

 

Elle nous a raconté ce qu’il s’était passé.
Tout d’abord, pas d’anesthésie locale. Ensuite, leur technique était la suivante : on pique d’abord, si possible sous la rotule, ensuite on fait une radio pour voir si on avait bien visé, raté, on recommence.
 

Serment d’Hypocrate


Primun non nocere = Premièrement, être utile, ou au moins ne pas nuire (traduction du texte originel).


«Nouveau serment des médecins», utilisé notamment au Canada depuis 1982:
«JE JURE de toujours avoir le courage de douter de moi-même et de ne jamais prendre, pour mes patients, le risque d'une erreur qui pourrait mettre leur santé en péril»
«JE JURE de toujours me souvenir qu'un patient n'est pas seulement un cas pathologique, mais aussi un être humain qui souffre.»

Serment de l'Ordre français des médecins de 1996:
«Je respecterai toutes les personnes, leur autonomie et leur volonté.»
«Je ne tromperai jamais leur confiance et n'exploiterai pas le pouvoir hérité des circonstances pour forcer les consciences.»

Quatre fois ! quatre fois ils l’ont torturée, certes en s’excusant poliment, alors que dès le départ Laureline a dit au toubib : «Ma rotule est là.
— Mais non, ce n’est pas possible!»
Aucune vérification sur le cliché du précédent scanner, où on voyait pourtant que la rotule est 2 cm à l’ouest !
Elle connaît son corps tout de même ! Elle sait où elle est, sa nom de Dieu de rotule qui la fait souffrir ! Non, pour le toubib, il ne trouvait pas à cause de la surcharge pondérale de ma fille… crétin sadique…
Elle a supplié qu’ils fassent entrer Sylvain, qui est infirmier, et qui saura leur dire où elle est, cette rotule. Refus débile.

Et ce connard a piqué dans la rotule! C'est là que j'avais entendu le cri!

Ça saignait tant qu’ils ont dû mettre un pansement…
Topo : le produit n’a pu être injecté où il aurait dû, et toute cette souffrance a été inutile.

Ensuite, au scanner. Là, effectivement, pas moyen sans l’injection de voir les ligaments et tendons, mais ce toubib lui a dit que si l’autre n’avait pas trouvé, ce n’était pas du tout à cause de son poids mais effectivement à cause du fait que la rotule n’était pas à sa place. Et elle s’est encore déplacée par rapport à il y a
7 ans… et que c’est cette nouvelle
déviation qui doit être à l’origine de l’épanchement de synovie. 

 

Sylvain avait négocié avec ce toubib-là qu’elle aille ensuite aux urgences se faire faire une injection d’antalgique… eh bien, au final, le toubib nous a annoncé, un peu gêné, qu’aux urgences on lui avait répondu qu’il ne s’agissait pas d’une urgence pour eux…

En repartant, je voulais repasser à la radio pour dire au tortionnaire ce que je pensais de ses méthodes, mais Laureline a refusé, elle était exténuée.

À sa place, je porterais plainte. Mais elle a tellement d’autres soucis en tête… 

Partager cet article

Repost 0

commentaires