Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 juillet 2009 3 08 /07 /juillet /2009 20:07
Une étude met en cause les tests menés par Bruxelles sur les OGM

Le 08/07/2009 à 16:49

Une étude menée par huit chercheurs internationaux met en cause la fiabilité des tests de l'Autorité européenne de la sécurité alimentaire (EFSA) et de son équivalent américain la FDA pour évaluer les risques sur la santé des OGM et des pesticides, a-t-on appris mercredi.

L'article signé d'experts français, italiens, éo-zélandais, britanniques et américains est publié par le site internet de la revue International Journal of biological science, a-t-on appris via un communiqué du Comité de recherche de d'information indépendantes sur le génie génétique (Crii-gen) présidé par l'ancienne ministre de l'environnement Corinne Lepage (Modem) et basé à Caen.

"Les firmes d'OGM agricoles et les commissions d'évaluation négligent systématiquement les effets secondaires des OGM et des pesticides. Ceci est clairement illustré par l'EFSA et la US-FDA qui ont évalué les OGM tant controversé du maïs MON 863 ou MON 810", résume le Crii-gen.

Il ressort "une importante sous-estimation des signes initiaux de maladies comme des cancers, maladies hormonales, immunitaires, nerveuses ou de la reproduction, entre autres", poursuit le Comité.

"Nous réclamons la publication systématique des résultats de ces tests que nous n'avons pu obtenir qu'au cas par cas en saisissant la justice", a précisé à l'AFP Gilles-Eric Seralini, un des huit auteurs de l'article qui enseigne à l'université de Caen et préside le conseil scientifique du Crii-gen.

"Les crises sanitaires pourraient s'avérer plus importantes que les crises financières internationales par manque de transparence des autorités de contrôle", conclut le Crii-gen.

Vendredi, la France a rejeté les conclusions de l'EFSA jugeant le MON810 sans risques.



© 2009 AFP
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Des nouvelles du Royaume de France
commenter cet article
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 16:01
Cela fait 12 ans qu’elle danse.
Elle veut faire de sa passion son métier, et devenir professeur de danse modern jazz.
Elle en a les capacités.

Elle apprend à danser à l’école À Petits Pas, Ézy-sur-Eure. Cette école, comptant quelque 350 élèves, a, grâce à son professeur et chorégraphe Sandrine Morice, raflé et rafle toujours des médailles, de l’Or au Bronze, à de nombreux concours nationaux et internationaux, qu’elles sont parfois allées chercher jusqu’à Moscou.

Bref, Garance est là-dedans comme un poisson dans l’eau.
Elle a dansé, avec les autres bien sûr, ce samedi 27 juin 2009, devant quelque 1300 spectateurs.
Voici quelques photos
que j’ai prises et des films, exécutés par son amie Maryne.
La Haine

On voit Garance, au début,
à l’extrême gauche, en jupe, à faire un solo avec Laura,
en pantalon.

Bon, sa copine camerawoman la perd un peu de vue,
étant donné qu’elle est surtout sur la gauche.
Après avoir roulé
vers le fond et être revenue, hop sortie du champ.
On la revoit à gauche au moment où Laura repart au fond (hé ! ho ! je vous guide pour que vous la repériez !) et là on la voit bien danser (2e devant
au début à partir de la gauche, roooo !) de la 34e '' à 1’ 25''.
Là elle est jartée par Laura et jarte par le même coup du champ (Maryne, t’es pas une bonne copine !).
On ne la revoit qu’à la fin partir dans les coulisses…

L’Écriture

On voit de temps en temps Garance devant à l’extrême gauche.
Les costumes,
réalisés par Sylvie Tauvy, étaient époustouflants cette année.
Autre fait notable du gala 2009, les éclairages, réalisés par Sébastien Petit, sur les instructions de l’association
À Petits Pas, étaient enfin à la hauteur de toutes les espérances,
à savoir une juste mise
en valeur des chorégraphies et des danseurs.
Autres prestations.
Les sept danseuses
de La Compagnie zim Zam,
âgées de 15 à 24 ans,
dans Elles n’étaient qu’un, chorégraphe et professeur Sandrine Morice,
ont obtenu en octobre 2008 la médaille d’Or, le prix du jury et le prix de la ville, au concours international de modern-jazz de Charleville-Mézières.
Avec cette même chorégraphie, elles ont participé en avril,
à Mantova (Mantoue), Italie,
à un concours unique au Monde. Toutes les compagnies concurrentes étaient professionnelles,
sauf la nôtre, et si les Ézéennes n’ont pas remporté de prix,
elles ont été honnêtement placées parmi 18 compagnies.
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans actualité
commenter cet article
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 11:03
Je vais tenter ici une œuvre de salubrité publique.

Pour vous mettre dans l'ambiance, écoutez et voyez le sourire de Georges Brassens: "Le Temps n'y fait rien à l'affaire".


(Vous pouvez aussi aller écouter Lynda)

Une histoire de vocabulaire.

Mettons par exemple un goujat de base.
Le cuistre vient de larguer là sa charrette, tel le chien posant sa crotte, à savoir n’importe où.
Toi tu arrives, tu veux, tu dois te faufiler avec ta caisse à toi, sur un pitin de parking enneigé et verglacé. Pas question évidemment de jouer violemment de ta direction assistée, sous peine de dérapage incontrôlé et paf ! l’assurance qui dit que t’as tort.

Mettons que le fâcheux, benoîtement calé sur son séant au volant de sa voiture toute neuve de petite cylindrée, qui vous renifle à cent pas la prime à l’épave, n’aie pas l’idée de reculer ladite tire des 60 cm dont il dispose. Ou dont il disposerait si, de la nébuleuse de sa matière grisâtre, émergeait le fait qu'il n'est pas seul au monde. Et dont il saurait disposer si son permis de conduire avait comporté l'option facultative de : "Marche-arrière-sans-cogner-la-barrière-car-il-y-a-de-la-place".

Mettons que le crétin renaultisé s’extraie de sa boîte à savon pour t’accuser t’avoir frôlé son superbe véhicule.
Mettons que tu te gausses de lui, cherchant en vain le sinistre ès carrosserie.

Mettons que l’emmanché, non content de t’agresser verbalement, menace de te frapper.
Mettons que tu le mettes au défi, du genre : «Chiche, vas-y, y a plein de témoins ».
Mettons que le maraud t’accuse de ne vouloir que ça.

Toi, totalement ahurie et hors de toi, tu trouves quoi à lui envoyer ?
- « Gros con ! »

...

Certes il l’est.

Mais tu regrettes que, dans l’émotion, ton subconscient ne t’ait trouvé que ça sous le neurone.

Haaaaaaaa où il est le bon temps où tu laissas coi dans sa crétinerie un autre ostrogoth par un percutant : "Hal dei gosh" (littéralement "Ferme ta gueule", non pas en allemand, mais en patois schwabe).

Tu as aussi déjà usé du "Arschloch" ("trou du cul"), abscons pour les non-germanistes.

Et cette fois où, par un "Penn boultouz" (en Breton: "tête de lotte" - ha ben oui ! vous avez déjà maté une lotte droit dans les yeux ? regardez:  t-te-de-lotte.jpg(source). Ha vous comprenez enfin que c’est une injure sévère en Pays Bigouden !), tu renvoyas un fesse-matthieu croûtonner comme le cloporte qu’il était au fond de sa lessiveuse…

Le stress généré par l’algarade t’en a procuré un autre, bien plus redoutable : "Et si je ramollissais du vocabulaire ?"

Incontinent (mais non, pas chez Téna !), tu t’en fus chercher au fond de tes :
- cerveau
- dictionnaire
- autres google
les vocables dignes de remplacer ce "gros con" qui non seulement est d’un commun à pleurer, mais, et c’est le pire, est directement compris par le gros con en question, car là, vous parlez la même langue, n’est-ce pas.

Le dégénéré, il faut lui clouer le bec. Et pour ce, il ne faut pas qu’il comprenne l'invective tout en comprenant que c’est une injure (vous suivez ?)

Voire que ce ne soit pas une injure du tout mais comme il ne comprend pas le mot, à consonance injurieuse, il croit que c’en est une.

Et puis mettons qu’il comprenne, ça va lui en trouer un autre, d’entendre ta richesse de syntaxe.

Bref voici une liste qui peut servir à tout le monde. (Ils sont au masculin, un grand nombre peut être féminisé.) (Faites des essais, à voix haute, avec le point d'exclamation bien placé, vous allez voir qu'il y en a qui rendent bien.)
À apprendre par cœur.

Moi la première.

NDLR : toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé pourrait ne pas être fortuite.


Aberrant Abêti Abruti Accapareur
Alcoolique Allumé Amphitryon Anacoluthe
Analphabète Anchois Andouille Âne
  Animal   Anthropophage   Anthropopithèque   Apache
  Apprenti dictateur   Arlequin   Athlète complet   Autocrate
  Autodidacte  Aztèque   Babouin   Bachi-bouzouk
  Badaud   Bad-triper  Ballot   Balourd
  Bandit   Barbare   Barjo   Bâtard
  Baudet  Béat   Beauf   Bécasson
  Bédole   Béjaune   Bêlant   Bélître
  Benêt   Bestiasse   Bestiau   Bête
Bibendum Biscornu Boit-sans-soif Borné
Bouché Bougre Bredin Brèle
  Brontosaure   Brute   Bulldozer   Buse
  Butor Cachalot   Cafard   Calamité
  Calomniateur   Calomnieux  Canaille   Canaque
  Cancre   Cannibale   Carnotaure   Casse-bonbons
 Casse-couilles  Casse-pieds   Casseur   Catachrèse
 Cataplasme   Catastrophe Catier   Cératosaure
Cercopithèque   Chauffard  Chenapan   Choléra
  Cloche Cloporte   Coelophysis   Coléoptère
  Coloquinte   Comique   Compsognathus  Conasson
Concubin  Concupiscent
  Coquin   Corniaud
 Cornichon  Corsaire   Couenne Couille molle
  Couillon  Coupe-jarret   Cow-boy Crème d'emplâtre
Crétin des Alpes   Cro-magnon Croûte Cruche
  Cuistre   Cul   Cyanure   Cyclone
  Cyclotron   Dadais   Dandin   Débile
  Dégénéré Délinquant Demeuré   Démon
Dépendeur d’andouilles   Déraisonnable   Diable   Dictateur
 Diplodocus Doryphore Dynamiteur Ébahi
  Écornifleur   Écraseur   Ectoplasme
  Égoïste Emmanché Emmerdeur Empaffé
  Emplâtre   Empoisonneur   Encrassé   Énergumène
  Enflé   Enflure   Engourdi   Enragé
  Épais   Épouvantail   Esclavagiste Escogriffe
  Escroc Étalon de conomètre Éthylique   Exanthème
Fâcheux Fant de pute  Faquin  Faux-jeton
 Fesse-matthieu  Fieffé  Fieffé coquin Fienteux
 Fis de moyne Fleur de nave  Flibustier  Forban
 Fou  Fourneau Fruste Gallimimus
  Gallinacée   Galopin   Ganache   Gangster
Gibier de potence Gougnaffier   Goujat   Gourde
Gras du bide Gredin Gros cul Gros plein-de-soupe
Gyroscope Hébété Hématophage Hérétique
Hors-la-loi Huître Hurluberlu Hydrocarbure
Iconoclaste Idiot Infâme Infâme individu
Iguanodon Ignorant Ignorantus, ignoranta, ignorantum Illogique
Imbécile Impertinent Importun Impuissant
Incapable Incohérent Inepte Inintelligent
Innocent Insensé Interdit Invertébré
Jarnicoton Jésuite Jocrisse Judas
Ku-Klux-Klan Lascar Lobotomisé Logarithme
Loup-garou Lourd Lourdaud Lourdingue
Macaque Mâchoire Macrocéphale Malappris
Mal-élevé Mal embouché Malotru Mamelouk
Manche Maraud Marin d'eau douce Marmotte
Maroufle Mauvaise herbe Mauviette Médisant
Mégacycle Mégalomane Melon Menteur
Méprisable Mercanti Mercenaire Merdeux
Mérinos Minus Misérable Mitrailleur
Monolithe Morpion Morveux Mouchard
Moujik Moule Moule à gaufre Mouton
M.S.T. Mufle Mussolini
de comedia del arte
Mythomane
Napoléon d'opérette Navet Niais Nigaud
Noix Non-sens Nul Nyctalope
Obtus Occiput Olibrius Ophicléide
Ornithorynque Oryctérope Ostrogoth Ouf
Ours mal léché Oviraptor Palimpseste Paltoquet
Pandiculé Pandore Panouille Pantoufle
Papou Paranoïaque Parasaurolophus Parasite
Patagon Patapouf Patate Pauvre type
Pédant Pesant Pesteux Phallocrate
Phénomène Phlébite Phlébotome Phtysie galopante
Phylactère Phylloxera Pignouf Pirate
Plat Poids lourd Poire Polichinelle
Polygraphe Poplité Porc Porc-épic
Portefaix Poux Prurit Psoriasis
Presbyte Prétentieux Protozoaire Punaise
Purotin Putain de moine Pute vierge Pyromane
Pyrophore Quasimodo Rabat-joie Racaille
Rachitique Ramolli Ramolli du bulbe Rapace
Rat Rat de cave Ravachol Renégat
Résidu de fausse couche Rhizopode Ribaud Rocambole
Rouquin Rustre Sacripant Sajou
Saligaud Saltimbanque Sanglant coupaul Sapajou
Satrape Saucisse Saugrenu Sauvage
Scatologique Scélérat Schizophrène Scolopendre
Scorpion Séminariste Septicémie Serpent
Simple Simplet Sinapisme Sinoque
Sorcier Sot Souche Soulographe
Staline de magazine Stupéfait Stupide Surpris
Sycophante Tabellion Taliban Tartuffe
Technocrate Ténia Terroriste Tête de lard
Tête de mule Tête de noeud Typhus Tique
Titanosaure Topinambour Tortionnaire Tourte
Trafiquant Traîne-potence Tricératops Troglodyte
Trompe-la-mort Trou de balle Trou du cul Turlupin
Twit Vachard Valet Vampire
Vandale Va-nu-pieds Vaseux Vaudois
Vaurien Velléitaire Velociraptor Ver de terre
Vérole Vermicelle Vermine Vilain
Vipère Vivisectionniste Voyou Wisigoth
Zapotèque Zèbre Zigomar Zigoto
 Zouave  Zoulou

N.B. : Tout rajout à cette liste est le bienvenu.

NN.BB . : en vérifiant une orthographe bretonne, j’ai pleuré de rire sur ce blog.



NNN. BBB.: allez, encore un petit régal trouvé sur la toile.
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Que du vécu!
commenter cet article
18 juin 2009 4 18 /06 /juin /2009 20:20
On écoute et on lit.



Je m'écris

Si je ne pouvais écrire je serais muet
Condamné à la violence
Dans la dictature du secret
Submergé par tous ces sentiments sans mots
Je m'effacerais comme une mer sans eau
Ma vie ne serait pas la même
Aussi vrai que j'aurais pu prendre la tienne
Mon talent s'est corrompu dans l'illicite
Où les instants de bonheur sont des éclipses
Lorsqu'ils ne sont pas des ellipses
Alors j'ai écrit dans l'urgence
Comme si ma vie en dépendait
Sous les sirènes des ambulances
J'ai écrit par instinct, par survie
Je me suis surpris à écrire afin de supporter la vie
Yeah, trop de moi dans mes écrits
Peut être que je n'écris plus, je m'écris
J'abandonne mon être à mes lettres
Car l'écriture sans âme n'est que l'être
Je n'écris pas que pour m'oublier
Parfois j'écris pour qu'ils ne puissent jamais oublier
Pour qu'ils ne puissent jamais nier
Le martyr des braves
Soudain j'écris des volcans que je grave
À l'encre de lave
Je ne fais de la musique que pour vibrer
Et faire vibrer les cœurs criblés
Et je n'écris que pour dire vrai
Si je n'avais eu les mots,
Que serais-je sur le banc des mélancoliques
Où ma poésie siège

Entre le marteau et l'enclume
J'ai dû aiguiser ma plume
Quand je suis perdu dans la brume
Je fais chanter mon amertume
Alors j'écris, je crie, j'écris
J'ai pas le choix j'écris, je crie, j'écris

Comme une dédicace au slam,
Ça commence a capella
Toutes ces voix qui décrassent l'âme,
Toutes ces voix qui m'ont amené là
Si tout à coup mes mots s'envolent,
C'est parce que le beat atterrit
Moi j'ai pris ma plus belle plume
Pour pouvoir répondre à Kery
Et quand le piano redémarre,
C'est pour souligner nos errances
Si j'écris c'est pour mettre face à face
Mes regrets et mes espérances
Seul sur scène, face à la salle
Ne crois jamais que je me sens supérieur
Si tu ne vois jamais mes larmes,
C'est parce qu'elles coulent à l'intérieur
C'est vrai, y'a très peu de certitude dans mes écrits
Mais si je gratte autant de texte,
C'est que mon envie n'a pas maigri
Envie de croire qu'à notre époque,
Les gens peuvent encore s'écouter
Là où j'habite y'a trop de gamins
Que la vie a déjà dégoûtés
J'écris, parce que les épreuves m'ont inspiré
J'écris comme tous ces mômes
Que le bitume a fait transpirer
Si y'a tant de jeunes dans nos banlieues
Qui décident de remplir toutes ces pages
C'est peut -être que la vie ici
Mérite bien quelques témoignages
J'écris, parce qu'il suffit d'une feuille et d'un stylo
Comme le dernier des cancres peut s'exprimer
Pas besoin de diplôme de philo


J'écris surtout pour transmettre
Parce que je crois encore au partage
À l'échange des émotions
Un sourire sur un visage
Alors non on ne changera pas le monde
On est juste des chroniqueurs
D'un quotidien en noir et blanc
Qu'on essaye de mettre en couleur
Mais si on change pas le monde ,
Le monde ne nous changera pas non plus
On a du cœur dans nos stylos
Et la sincérité comme vertu

Entre le marteau et l'enclume
J'ai dû aiguiser ma plume
Quand je suis perdu dans la brume
Je fais chanter mon amertume
Alors j'écris, je crie, j'écris
J'ai pas le choix j'écris, je crie, j'écris
Entre le marteau et l'enclume
J'ai dû aiguiser ma plume
Quand je suis perdu dans la brume
Je fais chanter mon amertume
Alors j'écris, je crie, j'écris
J'ai pas le choix j'écris, je crie, j'écris


Paroles Kery James
Interprétation avec Zaho et Grand Corps Malade
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Chansons aimées glanées
commenter cet article
10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 14:11
Tu t’appelais Sophie, Véronique ou Hélène
Semblais un arc tendu, et prêt à décocher
Des traits inutiles, des paroles vilaines
Comme un oiseau blessé, bec et griffes défendant
Des valeurs obsolètes, les ombres du néant

Solitaire Martine, Nathalie ou Hortense
Dans l’absolu cérébral tu puisais ta jouissance
À manipuler des concepts, bâtissais ta puissance
Échafaudant ainsi un mur de silence
Autour de ton Toi, ta vie, tes tripes, tes sens

Que tu sois Christine, Diane ou Marie-Ange
Un beau jour te revient comme un désir d’enfance
De retour en ces moments merveilleux de croyance
Comment retrouver ces instinctifs instants ?
C’est simple, te dis-tu, en faisant un enfant

Vois-tu Agnès, Louise, Rebecca ou Clémence
Hélas l’enfance ne parle qu’à l’enfance
Au discours cérébral le bébé est un sourd
Ne peut même commencer un début d’existence
S’il ne sent terrain à semer son amour

Car tu sais, Françoise, Claudia ou Évelyne
Le bébé existe avant d’être mis en œuvre
Son instinct le conduit à faire sa peau, ses tripes
Dans la matrice de celle qui enfin se décrispe
Aimera en elle le let go bienfaiteur

Alors, Blandine, Johanna ou Marion
Dans la vie si on veut être un véritable hôte
L’on doit de l’invité se mettre au diapason
La mouche en un bocal prisonnière se blesse
Son vol de liberté assure la fertilité



Octobre 1989
Tous droits réservés par
Catherine Rousseau
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Paroles des chansons que j'écris
commenter cet article
6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 22:11
Voici le mail que j’ai reçu de Kari (voir l'article Nous Sommes nominées):

« merci, mes amis.
 
la ceremonie des recompenses s'est tres bien passee lundi soir:  j'ai appris que "Nos Mots" a bien gagne le prix pour L'Album de l'Annee dans Motif Magazine.
 
on me dit que j'ai eu entre 5,000 et 7,000 votes, et c'est donc grace a vous qui avez vote pour moi, et je vous remercie infiniment du soutien.
 
voici une photo prise lundi soir (ils m'ont promis de corriger le titre de l'album et puis reimprimer l'affiche).
 
Kari »




Voici le lien du site du magazine en question. (taper Kari dans le moteur de recherche)
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans actualité
commenter cet article
3 juin 2009 3 03 /06 /juin /2009 08:56
Et on se demande ici et là si il eût été pertinent que la reine d'Angleterre Elisabeth II fût invitée le 6 juin, au 65e anniversaire du débarquement des alliés en Normandie, par le gouvernement français.

Ha ben pour quoi faire?
C'est qui celle-là?

Ouah, une vieille barbonne qui sert qu'à montrer ses modèles de chapeau sans vouloir lâcher la rampe au profit de son fiston!

Et quand bien même?

Nos petits trouducs du gouvernement, à commencer par leur chef suprème, n'ont même pas capté qu'elle était le chef d'État du Royaume-Uni!

Alors que nos dits crétins franchouillards n'étaient même pas sortis des couilles de leurs pères, Élisabeth, elle, avait 18 ans, et elle se souvient.

Elle se souvient que chez les alliés, il n'y avait pas que les Américains. Il y avait aussi les Canadiens. Et les Anglais.
Lesquels Anglais en ont fait
encore plus que les autres.
Ils ont hébergé les Forces françaises, les ont nourries, vêtues, armées, habillées, entraînées. Ils ont été le lien permanent pendant toute l'Occupation avec la France, permanent et réel. Les avions qui survolaient notre sol et envoyaient des armes, des hommes, des munitions, qui les a envoyés?
Sans oublier ce qu'ils ont souffert sur leur propre sol.

Donc l'Angleterre a eu un rôle plus que prépondérant, non seulement au Débarquement lui-même, mais bien en aval.

Mais le hic est que nos "responsables" du gouvernement, en guise de leçon d'Histoire, ont pour seule source culturelle la chanson de Sardou: "Les Ricains".

Bayrou est persuadé que Nicolas Sarkozy voulait "être seul avec Obama" sur la photo souvenir. Je ne suis pas loin de lui donner raison.

Vous me direz, depuis deux ans, les Français ne sont plus à ça près dans l'exponentielle de leur image de minables sur la scène internationnale.

N'oublions pas que, du temps de Busch, nous avions du mal à imaginer qu'il existât des Américains intelligents - et malheureux. Nous avons pris la relève...
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Des nouvelles du Royaume de France
commenter cet article
1 juin 2009 1 01 /06 /juin /2009 18:06
Disparition d'un Airbus d'Air France entre Rio et Paris avec 228 personnes à bord.

Le président français Nicolas Sarkozy, qui devait se rendre dans l'après-midi au PC de crise à l'aéroport de Roissy, près de Paris, a exprimé sa "très vive inquiétude", et demandé au gouvernement et aux administrations concernées "de tout mettre en œuvre pour retrouver la trace de l'avion".



OUF!
Ha ben heureusement que not' président,
y veille au grain, hin.

Passeque ça se trouve, les autres,
y zy auraient point pensé.
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Des nouvelles du Royaume de France
commenter cet article
4 mai 2009 1 04 /05 /mai /2009 23:01
Il est des Rockfeller
Arrivés à des sommets
Que nul mortel n’ose croire
Il est des chanceux
Ayant gratté les bonnes cases
Se retrouvant millionnaires

Y a les fils à papa
Héritant de royaumes
Indus et en péril
Y a des fonctionnaires
Attendant le treizième mois
Et les primes à rien faire

Mais tous ces gens-là
Je ne les envie pas
Jamais ils n’auront
La fortune que j’ai
Involable
Non imposable

Qu’importent les banques
Les traites et les manques
À gagner
Les erreurs
En notre faveur
Mon seul créditeur
C’est toi

Je possède des tonnes d’or
Quand je plonge dans tes yeux
La soie me caresse
Quand ta peau touche ma peau
Le plus beau des diamants
Gît en ton coeur

Le sais-tu ? Tu es
L’homme le plus riche du monde
De ce fait, je suis
Femme la plus riche du monde
Cette richesse-là
Ils ne nous l’ôteront pas

Septembre 1995
Tous droits réservés par
Catherine Rousseau
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Paroles des chansons que j'écris
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 12:50

Allez hop, la vache a refait du lait!
Ha cette belle vignette manquait sur vos pare-brise, avouez!

Elle va être pour qui cette fois-ci, hin?

Parce que, avant, c'était pour les vieux (en ont-ils vu la couleur?), maintenant ils ont le lundi de Pentecôte (qui est, comme chacun sait, le jour où l'Esprit Sain descendit sur les têtes....)

Bon alors le concours est open, à qui trouvera le récipiendaire des recettes de cette vignette bis.
Allez savoir, ça se trouve c'est pour payer la garden party du 14 juillet.... (qui est, comme chacun sait, le jour où des têtes descendirent...)
Repost 0
Published by Catherine ROUSSEAU - dans Des nouvelles du Royaume de France
commenter cet article